DORA Metrics : utiliser la technologie pour piloter la valeur du business

La promesse est simple : comment utiliser la technologie pour piloter la valeur du business ?

Pour qui ?

Avant d’attaquer le sujet concrètement, commençons par définir la cible de ces métriques.

Contre toute attente, elles sont transverses. Moyennant une bonne application, les métriques peuvent être consultées par la DSI , le CTO ou le management top level mais elles sont belles et bien pilotées par les équipes techniques.

Pourquoi ?

Assez simplement ce sont des métriques, des KPI, des nombres qui portent plus ou moins de contexte et permettent de quantifier la performance des équipes techniques (software team). Bien souvent, la littérature retient 4 métriques au total bien qu’il en existe une 5ème qu’on évoquera rapidement mais qu’on exclura par la suite.

  • DF (Deployment Frequency)

Il s’agit de la fréquence à laquelle du code est déployé en production sur une période de temps. Précisions tout de même que le code doit être déployé avec succès. S’il faut rollback chaque déploiement ça compte pas.

C’est également un indicateur de fréquence à laquelle les ingénieurs délivrent de la valeur aux utilisateurs finaux.

Plus elle est élevée et plus les utilisateurs profitent vite des incréments de code.

A titre indicatif, une valeur moyenne est de 1 déploiement par semaine.

  • MLTC (Mean Lead Time for Changes)

Il s’agit du temps moyen entre le premier commit et le déploiement en production.

Souvent les développeurs doivent repasser plusieurs fois sur le code produit initialement suite notamment à la re-lecture par d’autre développeurs ou pour apporter des corrections demandées par le product owner.

Dans un autre domaine, cette métrique correspond au temps d’immobilisation (stock).

A titre indicatif, une valeur moyenne est de 1 semaine.

  • CFR (Change Failure Rate)

Il s’agit du pourcentage de déploiements en production qui causent un problème.

On le calcule en divisant le nombre d’incident par le nombre de déploiements.

A titre indicatif, une valeur moyenne se situe entre 16 et 30%.

  • MTTR (Mean Time To Recovery)

Il s’agit du temps moyen nécessaire pour réparer un problème et remettre le système dans un état stable.

A titre indicatif, une valeur moyenne se situe à moins d’un jour.

  • Reliability

Cinquième métrique du panel, souvent oubliée. Elle est plus orienté DevOps/SRE et reprend des objectifs existants plus opérationnels/contractuels (SLA) qui peuvent être atteints voire excédés.

Comment fait-on ?

Il existe plusieurs approches pour mettre en places ces métriques. La plus simple reste de s’appuyer sur un outil qui les intègre déjà, comme LinearB.

Source: LinearB https://linearb.helpdocs.io/article/7ck7fu67am-metrics-dashboards-dora-metrics

Qu’importe le flacon l’outil, pourvu que vous commenciez à mesurer.

Et si cela ne marche pas dans mon cas  ?

“Oui mais moi ma feature est complexe, il me faut plusieurs semaines pour terminer, je vais biaiser la moyenne gneu gneu gneu …”

  • Découpe ta feature et utilise des feature flags pour délivrer de façon incrémentale.

"Oui mais c’est long de tout tester à chaque fois gneu gneu gneu …"

  • Sois flemmard et écris des tests pour automatiser ton job.

TL;DR

Les métriques DORA sont des indicateurs de la production de valeur produit/business.

Elles sont applicables aux DevOps comme aux développeurs et intéressent toute la software team. Pour être pertinentes, les développeurs doivent être acteurs du pilotage de ces métriques car aucun manager ne pourra les forcer à cela.

Une observation macro est que les DORA poussent naturellement à réduire les incréments de code. En effet, en envoyant moins de code à chaque déploiement, on mitige le risque et les déploiements sont naturellement plus rapide.

Notons aussi que les DORA ne se suffisent pas à elle même, elles appellent à d’autre bonnes pratiques que sont le respect du manifeste agile https://agilemanifesto.org/, l’ajout de tests ou encore les principes LEAN de Toyota.

Enfin, avis aux néophytes avides de tableau Excel, si les DORA permettent de quantifier un problème, une lame de fond, elles ne le qualifie pas pour autant. Le sujet central reste un sujet humain, on parle d’équipes d’homme et de femme qui ont leur code, leur cohésion, leur problématique propre. Piloter uniquement les DORA pour présenter un Excel “tout au vert” serait naïf et pourrait compromettre l’équipe ciblée.

Et Yield Studio là dedans ?

Selon la classification mentionnée en annexe Yield Studio se situe en “high performer” et s’améliore en continu pour atteindre prochainement le grade “elite”. Et vous, vous vous situez où dans ce tableau ? Aujourd'hui les DORA Metrics nous permettent de garantir une réelle qualité auprès de nos clients dans les projets qu'ils nous confient.

Source

Valeurs indicatives pour chaque DORA metric

Source: Google Cloud https://cloud.google.com/blog/products/devops-sre/using-the-four-keys-to-measure-your-devops-performance?hl=en

Sommaire
Nos autres catégories
Notre newsletter tous les mois :
Je m'abonne
Merci ! C'est dans la boîte :)
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Partager sur :
Nos autres catégories
Notre newsletter tous les mois :
Je m'abonne
Merci ! C'est dans la boîte :)
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Partager sur :

Nos experts vous parlent
Le décodeur

Vue.js vs React.js : quel Framework pour son projet ?
4/12/2023

À l'ère du développement web, choisir le bon Framework frontend peut définir le succès de votre projet. Aujourd'hui, plongeons dans le débat Vue.js vs React.js. Quel géant du JavaScript convient le mieux à votre vision ? C'est la question à laquelle nous répondrons dans cette comparaison détaillée. Explorez les fondamentaux, découvrez les différences clés, et faites un choix éclairé pour votre prochaine aventure digitale.

Les fondamentaux de Vue.js et React.js

Entamons notre exploration en mettant en lumière les caractéristiques distinctives de Vue.js et React.js, deux incontournables du développement JavaScript.

Vue.js : une approche progressive

Vue.js se démarque par son approche incrémentielle. Son système de composants facilite l'intégration avec des projets existants, offrant une simplicité appréciée. L'outil Vue CLI permet un démarrage rapide, un atout pour les projets de toutes envergures.

La partie écrite en HTML propose une balise div avec l'id app, qui est la zone d'application que Vue.js cible.

À l'intérieur de cette balise, nous avons un bouton avec un événement @click qui déclenche la méthode showMessage() lorsque le bouton est cliqué. Le paragraphe avec la directive v-if  s'affiche uniquement lorsque la propriété messageVisible est true.

Enfin, la partie script JavaScript est écrite en Vue.js. Elle créée une nouvelle instance de Vue avec les données et les méthodes nécessaires. Lorsque le bouton est cliqué, la méthode showMessage() est appelée pour rendre le message visible.

En résumé, ce code Vue.js crée une application basique avec un bouton qui, une fois cliqué, fait apparaître un message dans un paragraphe. La logique de rendu conditionnel est gérée par les propriétés réactives de Vue.js (messageVisible, dans ce cas).

React.js : la puissance du Virtual DOM

React.js brille avec le concept de Virtual DOM, améliorant significativement les performances. Sa flexibilité s'étend au-delà des applications web, permettant le développement d'applications mobiles avec React Native. Create React App offre, quant à lui, une entrée en matière rapide pour les nouveaux projets.

Une image contenant texte, capture d’écran, logiciel, ordinateurDescription générée automatiquement

Dans cet exemple, nous utilisons la fonction useState() de React pour déclarer et initialiser l'état du composant fonction App. Sa syntaxe est simplifiée grâce à l'utilisation d’une fonction fléchée.

Pour des projets réels, il serait préférable d'utiliser des outils comme Create React App ou Nextjs pour une configuration plus complète et une structure de dossier organisée.

Comparaison directe

Plongeons maintenant dans une analyse détaillée des différences clés entre Vue.js et React.js, mettant en lumière les points qui pourraient orienter votre choix.

Performance et DOM virtuel

En matière de performances, Vue.js excelle avec son système de rendu réactif. React.js, quant à lui, mise sur la puissance du Virtual DOM pour des applications fluides et réactives. Un point crucial à considérer selon les exigences de votre projet.

Facilité d'apprentissage et courbe d'apprentissage

Vue.js se distingue par sa courbe d'apprentissage douce, idéale pour les débutants. À l'inverse, React.js offre une courbe d'apprentissage plus prononcée, mais son écosystème robuste attire les développeurs expérimentés. Un choix à faire en fonction de votre équipe et de vos délais.

Composants et modularité

Vue.js brille avec son système de composants intuitif, favorisant la réutilisabilité. React.js propose également une approche modulaire, mais dans un écosystème plus vaste. Choisissez en fonction de la complexité de votre application et de vos besoins en modularité.

Choisir en fonction de vos besoins

Maintenant que nous avons disséqué les différences, concentrons-nous sur la prise de décision. Comment choisir entre Vue.js et React.js en fonction de vos besoins spécifiques ? C'est ce que nous allons explorer dans cette section.

Vue.js excelle dans le développement d'applications web, offrant simplicité et efficacité. À l'inverse, React.js élargit son spectre en permettant également le développement d'applications mobiles grâce à React Native. La nature de votre projet guidera ce choix crucial.

Vue.js se distingue par sa simplicité d'intégration avec HTML et CSS, facilitant la transition pour les développeurs. React.js adopte une approche JSX, plus proche du JavaScript pur. La préférence pour l'une ou l'autre dépendra de votre équipe et de vos préférences de codage.

Communautés actives et support

Entrons maintenant dans le monde des communautés, un aspect essentiel pour le succès continu d'un Framework. Voyons comment Vue.js et React.js se positionnent en termes de soutien et de ressources.

La communauté Vue.js connaît une croissance significative. Des forums actifs, des tutoriels, et un soutien en ligne abondant font de Vue.js une option attrayante pour ceux qui apprécient une communauté en pleine expansion.

Vue.js dispose d'un forum officiel où les développeurs de tous niveaux peuvent poser des questions, partager leurs expériences et discuter des meilleures pratiques. La communauté est connue pour être accueillante et réactive.

Les meetups et les conférences dédiés à Vue.js sont organisés régulièrement dans le monde entier. Ils offrent une excellente occasion de rencontrer d'autres développeurs, de partager des idées et d'en apprendre davantage sur les nouvelles fonctionnalités et les meilleures pratiques.

La documentation officielle de Vue.js est très complète et bien organisée. Elle propose des guides, des exemples concrets et une référence exhaustive pour aider les développeurs à comprendre et à utiliser Vue.js de manière efficace.

Vue Mastery propose des cours en ligne avancés pour les développeurs Vue.js de tous niveaux. Ces cours couvrent une variété de sujets, de l'apprentissage des bases à des sujets avancés tels que la gestion d'état avancée.

React.js, avec l'une des plus grandes communautés, offre une richesse de ressources et de forums de discussion. La stabilité et la maturité de la communauté React.js en font un choix rassurant pour ceux qui recherchent une base solide de soutien.

Le répertoire GitHub de React est un centre actif de collaboration. Les développeurs peuvent signaler des problèmes, proposer des fonctionnalités, et contribuer directement au développement du Framework.

Reactiflux est une communauté React sur Discord où les développeurs peuvent discuter en temps réel, poser des questions et partager leurs expériences.

La documentation officielle de React est exhaustive et mise à jour régulièrement. Elle couvre tout, de l'installation à des sujets avancés tels que les Hooks, les Context API, et la gestion d'état.

La communauté React est très active sur Stack Overflow. Les développeurs peuvent poser des questions et obtenir des réponses rapides de la part de la communauté.

Nos conseils pour optimiser votre choix

Nous arrivons à la phase cruciale de la prise de décision. Comment optimiser votre choix entre Vue.js et React.js ? Découvrons des conseils pratiques pour guider cette étape.

Vue.js se démarque par son accent sur une expérience utilisateur fluide. Ses fonctionnalités réactives et sa simplicité d'utilisation en font un choix idéal pour des applications offrant une expérience utilisateur exceptionnelle.

Quel que soit le choix, misez sur la qualité. Évitez des refontes coûteuses en privilégiant la qualité dès le début. Des applications bien conçues offrent une base solide pour le succès à long terme, que vous optiez pour Vue.js ou React.js.

En fin de compte, le choix entre Vue.js et React.js est personnel, dépendant de vos besoins spécifiques, de la nature de votre projet, et de vos préférences. Dans la prochaine section, rappelons l'essentiel de cette comparaison et offrons une vision claire pour vous aider à faire le choix éclairé qui propulsera votre projet vers le succès.

En conclusion, le choix entre Vue.js et React.js est une décision cruciale, dépendante de la nature unique de votre projet. Que vous soyez séduit par l'approche progressive de Vue.js ou par la puissance du Virtual DOM de React.js, l'essentiel est de faire un choix éclairé.

À travers cette comparaison, nous avons exploré les fondamentaux, examiné les différences clés, et offert des conseils pratiques pour guider votre décision.

N'oubliez pas : la clé du succès réside souvent dans la simplicité. Optez pour le Framework qui s'aligne le mieux avec vos besoins, tout en privilégiant la qualité dès le départ. Que vous choisissiez Vue.js ou React.js, transformons ensemble votre vision en une réalité digitale.

Si des questions persistent ou si vous avez besoin d'un accompagnement plus approfondi, n'hésitez pas à nous contacter. Chez Yield Studio, nous sommes là pour concrétiser vos projets avec expertise et engagement.

Développer avec le database branching
14/12/2023

Le database branching est une approche d’organisation de base de données qui permet de reproduire la dynamique et le fonctionnement des branches Git.

On va alors pouvoir à partir d’une base de données appelé “master” pouvoir dupliquer une “branche” avec un certain nom. Cette nouvelle base de données se vera hériter des données ainsi que des migrations de la branche source.

Les cas d’usages de ce principe sont multiples et variés. Si nous reprenons l’analogie avec Git flow, lorsque vous allez créer une nouvelle branche de feature, vous serez amené à devoir développer puis appliquer une migration de données ou bien tout simplement altérer les données contenues dans cette base. Elle devient à partir de là un bac à sable tout en partant d’un environnement déjà prédéfini.

Grâce à la nouvelle base de données mise en place pour votre feature, vous n’allez impacter aucun environnement de production / staging / dev mis en place et accessible par tous les développeurs.

Votre base de données sera alors unique et éphémère, une fois la feature terminée, celle-ci pourra être supprimée.

Elle peut aussi servir de base de données temporaire pour une démonstration client, alimentée de données bien précises pour cette dite démonstration.

Pour terminer cette introduction, j’ajouterai que le database branching est présent avant tout pour améliorer la “DX” des développeurs au quotidien.

Pourquoi ne pas alors simplement produire une base de données sur ma machine ?

Il est autant possible que l’infrastructure du projet mette à disposition un cluster de base de données sur un serveur ou bien qu’un développeur puisse créer son cluster sur sa machine.

Avec un provisionnement type Docker vous pouvez déployer rapidement une base de données sur votre machine avec un script de seeding permettant d’alimenter cette base en données. Cependant, vous allez perdre une composante essentielle au database branching qui est la synchronisation de la branche Git avec les données.  En effet, si vous êtes plusieurs développeurs à intervertir sur cette feature / environnement, aucune manipulations supplémentaires ne sera à faire lors du passage sur la branche Git. Vous récupérez la base de données déjà préparée par le précédent développeur.

Vous allez aussi avoir la problématique d’espace disponible sur votre machine, si vous travaillez sur plusieurs branches en même temps, cela implique de pouvoir posséder un conteneur d’une base de données unique par branche. Donc, une grande quantité de données en local.

Comment s’intègre le Database branching dans le workflow du développeur

Comme n’importe quel outil s’ajoutant sur une stack d’un projet, le database branching viens complexifier quelques aspects techniques de celui-ci.

Alors, il est nécessaire d’automatiser le maximums d’aspects du database branching afin de ne pas augmenter le nombre de tâches à réaliser par les développeurs lors de la création d’une nouvelle feature.

En laissant certaines tâches manuelles, nous risquons de frustrer nos collègues développeurs. En effet, il est très facile d’oublier d’exécuter  une certaine commande après un changement de branche.

Dans la deuxième partie de l’article nous nous intéresseront à réaliser un environnement de développement fluide avec l’exemple d’une stack web.

Je dirai alors que le database branching idéal est celui qui est complètement transparents pour les développeurs.

Dans la finalité ce principe est plus ou moins une idéologie, le degrés de l’implémentation peut dépendre de l’envergure du projet et du nombre de développeurs.

Tutoriel: Mise en place du database branching sur une stack Typescript, Prisma

Initialisation du projet et de la base de donnée

La première étape de ce tutoriel sera de se munir d’une base de données avec un utilisateur ayant l’autorisation de créer des database supplémentaires.

Voici plusieurs providers proposant ce service:

Actuellement nous utilisons une base de données hébergée Aurora Serverless hébergée sur AWS déployée depuis Terraform avec le module suivant.

Pour la suite de ce tutoriel nous avons choisis d’utiliser une base de données PostgreSQL. Il est aussi tout à fait possible de l’intégrer sur une base de données MongoDB, MySQL, …

Pour passer rapidement sur les étapes d’initialisation du projet TS avec Prisma je vous redirige vers la documentation officielle de Prisma.

Après toutes ces étapes vous devriez avoir dans la racine de votre projet un fichier d’environnement nommé .env qui possède une url de base de données DATABASE_URL.

À présent nous pouvons remplacer cette url par celle de notre base de données  provisionnée un peu plus haut.

DATABASE_URL="postgresql://gabriel:password@db-branching.cluster-xxxxxxx.eu-west-3.rds.amazonaws.com:5432/master?schema=public"

La database pointée (master dans ce cas-là) importe peu, elle sera mise à jour par  la suite automatiquement.

Automatisation du changement de branche

Afin de faciliter le passage sur une nouvelle base de données à chaque changement de branche git, il est possible de créer un hook sur le projet git, qui sera exclusivement lancé lors d'une commande git checkout.

Pour celà nous utiliserons un outil facilitant la création de hook git nommé Husky.

Voici les commandes d’installation que vous pouvez retrouver dans la documentation officielle:

Cette dernière commande va alors créer un script bash dans le dossier suivant.husky/post-checkout.

On ajoutera ces trois lignes de bash permettant de récupérer la branche git lors d’un checkout et de mettre à jour le fichier .env

Et voilà !

Maintenant à chaque changement de branche en local votre .env sera mis à jour automatiquement.

Il est possible d’aller plus loin en ajoutant l’application automatique des migrations de la base données et/ou le seeding de data.

Systèmes d'exploitation pour smartphone iOS et Android
14/9/2023

À l’heure du tout numérique et de l’utilisation massive des smartphones, on compte pas moins de 485 000 nouveaux téléchargements d’applications mobile par minute. Le développement de ces applications représente ainsi un excellent moyen pour les entreprises pour promouvoir leurs produits ou proposer des fonctionnalités innovantes. 

Dans ce domaine hautement concurrentiel, deux acteurs majeurs ont su tirer leur épingle du jeu entre le milieu des années 2000 et aujourd’hui. Ils dominent désormais le marché mondial du smartphone.

Ces deux géants très populaires font partie des GAFAM. En effet, il s’agit de la société Apple et son système d’exploitation (ou OS pour Operating System) pour smartphone « iOS » et Google avec son OS mobile Android.

Avec des utilisateurs divisés entre ces deux systèmes d’exploitation, il est crucial, pour les développeurs, de déterminer sous quel OS faire tourner leur future solution mobile.

Dans cet article, nous explorerons les langages natifs permettant de développer une application dédiée au système d’exploitation smartphone de son choix. Ensuite, nous nous concentrerons sur le développement multi-plateforme (ou cross-platform), avec l’utilisation de frameworks comme React Native.

iOS et Android : les titans du système d'exploitation smartphone

En 2007, Apple et son système d'exploitation pour iPhone (ou iOS) redéfinissent le monde des smartphones.

Conçu exclusivement pour les mobiles de la marque à la pomme, cet OS est optimisé pour offrir une expérience utilisateur fluide et graphiquement homogène.

Par ailleurs, l'App Store, qui héberge les applications pour iOS, est un environnement strictement contrôlé, garantissant aux utilisateurs une certaine sécurité et qualité.

Notez que la publication d’applications iOS sur ce magasin en ligne nécessite un compte « Apple Developer » à $99 par an. L’environnement de développement (ou IDE) Xcode, logiciel exclusif aux ordinateurs portables et fixes de Apple est également un prérequis à la publication d’application iOS.

De son côté, le système d'exploitation Android, développé par Google, est aujourd’hui le cœur de nombreux smartphones et tablettes.

En étant open source et basé sur le noyau Linux, Android offre une grande flexibilité aux fabricants et aux développeurs.

En outre, le Google Play Store, magasin phare de l’OS, abrite une myriade d'applications mobiles, des plus utiles aux plus innovantes. 

Pour être reconnu par Google en qualité de développeur Android à vie, il suffit de payer $25 et ainsi pouvoir publier des jeux et applications depuis la Google Play Console.

Les langages de natifs iOS et Android

Vous l’aurez compris, pour toucher un maximum d’utilisateurs, les développeurs doivent créer des applications mobiles fonctionnant à la fois sur iOS et Android.

Pour autant, chaque système d’exploitation requiert l’utilisation du langage de programmation natif associé. Chaque langage demandant une expertise et un temps de développement dédié, les coûts et les ressources sont bien souvent doublés.

Côté iOS, c’est Swift le langage natif officiel développé en 2014 par Apple pour la création d’applications mobiles. Il est puissant, intuitif et conçu pour être efficace tout en étant facile à lire et à écrire. Swift s’inspire d’ailleurs beaucoup du langage Objective C, créé en 1980, qui était auparavant utilisé par les développeurs iOS.

Swift demande néanmoins aux développeurs d’applications iOS d’utiliser l’environnement de développement Xcode, exclusif aux ordinateurs fixes et portables commercialisés par la marque à la pomme. Même si l’installation de machines virtuelle Mac OS est envisageable sous Windows ou Linux, cette seule contrainte a déjà refroidie de nombreuses entreprises et développeurs. Pour créer une application iOS, c’est vers des agences de développement spécialisées dans cette technologie que beaucoup se tournent.

Pour Android, c’est le langage Kotlin qui a rapidement gagné en popularité comme la solution de prédilection pour le développement d’application Android. Kotlin est développé et maintenu par Google depuis 2011. Anciennement, c’était le langage Java, créé en 1995, qui était utilisé par les développeurs Android.

Enfin, c’est l’environnement de développement Android Studio qui est majoritairement utilisé par les développeurs Android pour compiler leurs applications mobiles.

L'avènement du développement cross-platform

Les langages natifs nécessitent alors une de doubles expertises pour les développeurs. Il est également souhaitable d’éviter d’avoir à écrire du code source deux fois afin de réduire les coûts et temps de développement. C’est dans ce contexte complexe que des solutions cross-platform ont commencé à émerger dès la fin des années 2000.

En effet, le framework JavaScript React Native, développé par Meta (anciennement Facebook) en 2015, permet de construire une application fonctionnant sur iOS et Android.

C'est une aubaine pour les développeurs puisque React Native et les solutions similaires induisent ainsi plusieurs avantages notables :

  • Des temps de développement réduit,
  • Des ressources nécessaires moindres,
  • Une mise à jour synchronisée pour les deux systèmes d’exploitation.

React Native fait aujourd’hui partie des technologies cross-platform les plus populaires au monde mais il en existe d’autres tout aussi pertinentes. Il faudra surtout connaître ses besoins et ses prérequis techniques avant de faire un choix. En voici une sélection :

  • Apache Cordova développé en 2011 et écrit en JavaScript,
  • Xamarin développé en 2013 et écrit en C#,
  • Ionic développé en 2013 et écrit en JavaScript 
  • Flutter développé en 2017 et écrit en Dart.

Pour vous démontrer l’intérêt majeur d’une telle technologie, découvrons ensemble quelques exemples basiques de code source.

Le langage Swift pour iOS

Dans cet exemple de code Swift, nous créons une simple interface utilisateur avec un message de bienvenue.

Néanmoins, si nous souhaitons que notre application mobile, aussi basique soit-elle, puisse tourner également sur un téléphone Android, il nous faut développer la même chose à l’aide du langage natif Kotlin.

Le langage Kotlin pour Android 

Dans cet exemple de code Kotlin, nous affichons encore un message de bienvenue. Autrement dit, nous réalisons un traitement purement similaire à celui développé plus haut. 

Heureusement pour nous, une solution cross-platform, comme React Native, demande un code source unique, pour obtenir un rendu similaire sur les deux systèmes OS.

Remarque : Notez que, comme son nom l’indique, React Native est un framework dérivé de la librairie web frontend React. Ces deux technologies utilisent l’extension syntaxique au langage JavaScript « JSX », également développée par Meta.

Le framework React Native pour le développement cross-platform

Dans cet exemple de code React Native, nous utilisons des composants de base pour créer une interface qui fonctionne à la fois sur les systèmes iOS et Android. C'est la magie du cross-platform : un seul code qui existe, s'adapte et évolue sur plusieurs systèmes d'exploitation simultanément !

Ces exemples de code démontrent la différence entre le développement natif et le développement cross-platform.

Les codes natifs Swift et Kotlin nécessitent une connaissance spécifique de chaque plateforme. De son côté, React Native, grâce à sa nature cross-platform, simplifie le processus. Les développeurs peuvent alors utiliser une base de code pour les deux plateformes sans être expert avec d’autres langages que le JavaScript utilisé par React Native.

Avantages et limites du cross-platform

Malgré une promesse alléchante qui semble rendre obsolète les langages natifs, les solutions cross-platform présentent quelques inconvénients non négligeables.

  • Des performances moindres : Les applications natives ont généralement de meilleures performances car elles sont spécifiquement optimisées pour leur OS respectif.
  • Des fonctionnalités spécifiques non disponibles : Certaines fonctionnalités natives peuvent parfois ne pas être facilement accessibles. Elles peuvent même nécessiter des solutions de contournement lorsque l’on développe à l’aide d’une solution cross-platform comme React Native.

Pour illustrer ce dernier aspect, découvrons une implémentation basique consistant à donner à l’application mobile l’accès à une fonctionnalité matérielle spécifique. En l’occurrence, nous avons choisi de nous concentrer sur le moteur de vibration du smartphone. 

Le code source Swift

Une image contenant texte, capture d’écranDescription générée automatiquement

Cet exemple de code permet de faire vibrer un iPhone grâce à l'API native d'iOS qui permet d’accéder facilement et avec précision au moteur de vibration. 

Le code source Kotlin

Une image contenant texte, capture d’écranDescription générée automatiquement

Là encore, avec l'API native d'Android, on utilise le service de vibration avec des motifs de vibration plus ou moins complexes.

Le code source React Native

Une image contenant texte, capture d’écran, Police, carte de visiteDescription générée automatiquement

Comme vous pouvez le constater, avec React Native, le moteur de vibration reste accessible pour les deux systèmes d’exploitation mais il est moins flexible en termes de fonctionnalités avancées, comme la définition de motifs complexes.

Bien que React Native offre la possibilité d’accéder aux fonctionnalités matérielles du smartphone comme pour le faire vibrer, ces exemples de code démontrent que les options et la précision sont plus limitées en comparaison avec les APIs natives de Swift et Kotlin.

Dans le cadre de cas concrets spécifiques plus avancés, l’interaction avec des fonctionnalités matérielles plus évoluées pourrait nécessiter un développement natif.

C'est pour ces problématiques spécifiques ou avancées que le développement natif offre davantage de flexibilité et de performance. Notez néanmoins que pour la majorité des besoins courants des applications, React Native offre un réel équilibre entre portabilité, temps de développement et performance.

Pour conclure, les systèmes d’exploitation pour smartphone jouent un rôle crucial dans l’ère numérique actuelle. Dans les faits, le choix entre le développement natif et cross-platform doit surtout dépendre du projet à mener et des objectifs qui lui sont associés.

Pour autant, gardez à l’esprit qu’avec des technologies comme React Native, les frontières entre iOS et Android s'amenuisent. Ces puissantes solutions offrent aux développeurs et aux utilisateurs une expérience plus simple et accessible. Par ailleurs, les prérequis techniques et fonctionnels étant également amoindris, une plus vaste communauté peut s’adonner à la création d’application mobile.

Enfin, si cet article vous a motivé à construire votre propre solution pour smartphone iOS et Android, découvrez aussi nos conseils pour créer une application de A à Z ainsi que nos 10 astuces pour créer la meilleure application mobile !

Échangeons
sur votre projet !

Nous contacter

Simulateur

Bienvenue dans le
simulateur d’estimation

Sélectionnez
vos besoins

Sélectionnez un ou plusieurs choix

Définissez les
fonctionnalités

Sélectionnez un ou plusieurs choix

Dernière
étape !

Renseignez votre adresse mail pour recevoir l’estimation !
Obtenez l’estimation
Précédent
Suivant

Bravo ! Vous avez terminé
l’estimation de votre future app !

Vous recevrez dans votre boite mail l’estimation personnalisé. Une estimation vous offre la possibilité de vous projeter dans un budget, vous permettant ainsi de planifier en toute confiance. Néanmoins, chez Yield, nous adoptons une approche agile, prêts à remettre en question et ajuster nos évaluations en fonction de l'évolution de vos besoins et des spécificités de votre projet.
Retour au site
Oops! Something went wrong while submitting the form.