Hard Delete vs Soft Delete : que choisir ?

Découvrez quand choisir le Hard Delete ou le Soft Delete dans la gestion des données. Avantages, exemples de code et conseils essentiels.

Dans le domaine de la gestion des données, le choix entre Hard Delete et Soft Delete peut avoir un impact significatif sur la sécurité et la récupération des informations. Ces deux méthodes de suppression de données sont essentielles pour les développeurs et les administrateurs de bases de données.

Dans cet article, nous explorerons en détail ce qu'est le Hard Delete et le Soft Delete, leurs avantages respectifs, et comment choisir la meilleure approche en fonction des besoins spécifiques de votre projet. Nous fournirons également des exemples de code source pour illustrer leur mise en œuvre, afin que même les novices puissent comprendre ces concepts fondamentaux.

Comprendre la différence entre Hard Delete et Soft Delete

La gestion des données supprimées est une composante cruciale de toute application ou système de gestion de bases de données. Comprendre les distinctions entre le Hard Delete et le Soft Delete est le point de départ pour prendre des décisions éclairées.

Hard Delete : La Suppression Définitive (h3)

  • Le Hard Delete, également connu sous le nom de suppression définitive, signifie que les données supprimées sont éliminées de manière permanente de la base de données.
  • Cela signifie qu'une fois que vous avez effectué un Hard Delete, les données sont irrécupérables.
  • Exemples de scénarios où le Hard Delete est approprié : suppression de données sensibles ou obsolètes, respect de la conformité légale.

Soft Delete : La suppression réversible

  • Le Soft Delete, contrairement au Hard Delete, implique une suppression réversible.
  • Les données supprimées sont marquées comme "supprimées" mais restent dans la base de données.
  • Cela permet la récupération des données supprimées si nécessaire, offrant une couche de sécurité supplémentaire.
  • Utilisation courante du Soft Delete : préservation de l'historique des données, récupération en cas d'erreur de suppression.

En comprenant la différence fondamentale entre le Hard Delete et le Soft Delete, vous pouvez commencer à évaluer quelle méthode convient le mieux à votre projet. La prochaine section examinera les avantages de chacune de ces méthodes pour vous aider à prendre une décision éclairée.

Les avantages du Hard Delete

Le Hard Delete est une méthode de suppression de données qui peut s'avérer essentielle dans certaines situations. Examinons de plus près les avantages qu'il offre :

L'un des principaux avantages du Hard Delete réside dans la sécurité qu'il offre. Lorsque vous effectuez un Hard Delete, les données sont supprimées de manière permanente de la base de données.

Cela garantit qu'aucune trace des données supprimées ne subsiste, réduisant ainsi le risque de divulgation d'informations sensibles.

Dans certains secteurs, comme la santé ou les finances, la conformité légale est cruciale. Le Hard Delete permet de répondre à ces exigences en supprimant irrévocablement les données.

En supprimant définitivement les données, le Hard Delete peut contribuer à améliorer les performances de la base de données en libérant de l'espace et en réduisant la charge de travail du système.

Le Hard Delete simplifie la gestion des données, car il n'est pas nécessaire de gérer un ensemble de données supprimées de manière réversible. Cela peut simplifier les processus de sauvegarde et de restauration.

Pour mieux comprendre la mise en œuvre du Hard Delete, voici un exemple de code SQL montrant comment effectuer une suppression permanente dans une base de données :

Une image contenant texte, capture d’écran, Police, GraphiqueDescription générée automatiquement

Les avantages du Soft Delete

Le Soft Delete, bien que différent du Hard Delete, présente des avantages significatifs dans certaines situations. Examinons en détail les avantages qu'il offre !

L'un des principaux avantages du Soft Delete est la capacité à récupérer des données supprimées par erreur. Les données marquées comme "supprimées" restent dans la base de données et peuvent être restaurées si nécessaire.

Le Soft Delete permet de conserver un historique complet des données, y compris celles qui ont été supprimées. Cela peut être utile pour l'audit, la conformité ou l'analyse des tendances historiques.

En évitant la suppression permanente des données, le Soft Delete offre une couche de protection contre les erreurs humaines, telles que la suppression accidentelle de données critiques.

Lors de la mise en œuvre de nouvelles fonctionnalités ou de modifications de la structure de la base de données, le Soft Delete permet une transition en douceur en conservant les données existantes.

Pour mieux comprendre la mise en œuvre du Soft Delete, voici un exemple de code SQL montrant comment marquer une ligne de données comme "supprimée" sans la supprimer définitivement :

Une image contenant texte, capture d’écran, Police, GraphiqueDescription générée automatiquement

Quand utiliser chacune des méthodes

La décision entre Hard Delete et Soft Delete dépend largement des exigences particulières de votre projet. Voici des conseils pour vous aider à faire le choix approprié :

Choisissez le Hard Delete lorsque la sécurité des données est une priorité absolue. Par exemple, dans les applications de santé ou financières, il est préférable d'opter pour une suppression définitive.

Si la récupération des données supprimées est essentielle, le Soft Delete est la meilleure option. Cela s'applique notamment aux systèmes où les erreurs de suppression peuvent se produire.

Pour respecter les réglementations strictes qui exigent la suppression permanente de données, le choix du Hard Delete est nécessaire.

Si vous avez besoin de conserver un historique complet des données, optez pour le Soft Delete. Cela est particulièrement utile pour l'audit et la conformité.

Si vous souhaitez optimiser la performance de la base de données en réduisant la charge, le Hard Delete peut être plus approprié, car il libère de l'espace.

Envisagez le Soft Delete lorsque vous prévoyez d'introduire de nouvelles fonctionnalités ou des changements structurels dans la base de données, car il permet une transition en douceur.

En évaluant soigneusement les besoins de votre projet en fonction de ces critères, vous pourrez prendre une décision éclairée quant à l'utilisation du Hard Delete ou du Soft Delete. Gardez à l'esprit que dans certains cas, une combinaison des deux méthodes peut également être envisagée pour répondre aux besoins spécifiques de votre application.

Le choix entre Hard Delete et Soft Delete est une décision cruciale dans la gestion des données. Chacune de ces méthodes présente des avantages distincts, et le choix dépend des besoins spécifiques de votre projet.

Le Hard Delete offre une sécurité maximale en supprimant définitivement les données, ce qui le rend idéal pour les applications où la confidentialité et la conformité légale sont essentielles. Cependant, il faut être prudent, car les données sont irrécupérables.

Le Soft Delete, quant à lui, permet la récupération des données supprimées, préservant ainsi un historique complet et offrant une protection contre les erreurs humaines. Il est particulièrement adapté aux systèmes où la récupération des données est une priorité.

Le choix entre ces deux méthodes peut également dépendre des contraintes de performance de votre base de données et de la flexibilité nécessaire pour les futures modifications.

En fin de compte, il n'y a pas de réponse universelle. Il est essentiel d'évaluer les besoins de votre projet et de choisir la méthode qui répond le mieux à ces exigences spécifiques. Dans certains cas, une combinaison des deux méthodes peut également être envisagée pour une gestion des données supprimées plus complète.

Quelle que soit la méthode choisie, la gestion des données supprimées est une composante essentielle de tout système de base de données bien conçu. En comprenant les avantages du Hard Delete et du Soft Delete, vous êtes mieux préparé à prendre des décisions éclairées pour garantir la sécurité et la flexibilité de votre application.

N'hésitez pas à partager vos propres expériences et réflexions sur ce sujet dans les commentaires ci-dessous. La gestion des données supprimées est une discipline en constante évolution, et l'échange d'idées peut bénéficier à l'ensemble de la communauté de développement.

Sommaire
Nos autres catégories
Notre newsletter tous les mois :
Je m'abonne
Merci ! C'est dans la boîte :)
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Partager sur :
Nos autres catégories
Notre newsletter tous les mois :
Je m'abonne
Merci ! C'est dans la boîte :)
Oops! Something went wrong while submitting the form.
Partager sur :

Nos experts vous parlent
Le décodeur

DORA Metrics : utiliser la technologie pour piloter la valeur du business
11/4/2023

Les métriques DORA sont devenues incontournables pour évaluer et améliorer la performance des équipes DevOps. Ces indicateurs clés permettent de mesurer la rapidité, la stabilité et l'efficacité du processus de développement et de déploiement logiciel.

Dans cet article, nous analyserons en profondeur ces métriques, leurs implications pour les équipes techniques, et comment les implémenter efficacement. Que vous soyez CTO, membre de la DSI ou développeur, comprendre et utiliser les métriques DORA est essentiel pour optimiser vos opérations et garantir la livraison continue de valeur à vos utilisateurs finaux.

Voici un exemple de projet pour lequel nous suivons les DORA Metrics chez Yield Studio :

Pour qui ?

Avant d’attaquer le sujet concrètement, commençons par définir la cible de ces métriques.

Contre toute attente, elles sont transverses. Moyennant une bonne application, les métriques peuvent être consultées par la DSI , le CTO ou le management top level mais elles sont belles et bien pilotées par les équipes techniques. Ces métriques sont également essentielles pour les équipes DevOps qui cherchent à améliorer leur collaboration et leur performance globale.

Pourquoi ?

Assez simplement ce sont des métriques, des KPI, des nombres qui portent plus ou moins de contexte et permettent de quantifier la performance des équipes techniques (software team). Bien souvent, la littérature retient 4 métriques au total bien qu’il en existe une 5ème qu’on évoquera rapidement mais qu’on exclura par la suite.

Elles fournissent des informations précieuses sur la rapidité avec laquelle les équipes DevOps peuvent répondre aux changements, le temps moyen pour déployer du code, la fréquence des itérations et les échecs.

Ces indicateurs sont cruciaux pour :

  • Fournir des estimations de réponse réalistes
  • Améliorer la planification du travail
  • Identifier les domaines à améliorer
  • Consolider les investissements techniques et en ressources

Les 4 Principales Métriques DORA

  1. DF (Deployment Frequency)

    Il s’agit de la fréquence à laquelle du code est déployé en production sur une période de temps. Précisions tout de même que le code doit être déployé avec succès. S’il faut rollback chaque déploiement ça compte pas.
    C’est également un indicateur de fréquence à laquelle les ingénieurs délivrent de la valeur aux utilisateurs finaux.

    Plus elle est élevée et plus les utilisateurs profitent vite des incréments de code.

    A titre indicatif, une valeur moyenne est de 1 déploiement par semaine.

  2. MLTC (Mean Lead Time for Changes)

    Il s’agit du temps moyen entre le premier commit et le déploiement en production.
    Souvent les développeurs doivent repasser plusieurs fois sur le code produit initialement suite notamment à la re-lecture par d’autre développeurs ou pour apporter des corrections demandées par le product owner.

    Dans un autre domaine, cette métrique correspond au temps d’immobilisation (stock).

    A titre indicatif, une valeur moyenne est de 1 semaine.

  3. CFR (Change Failure Rate)

    Il s’agit du pourcentage de déploiements en production qui causent un problème.

    On le calcule en divisant le nombre d’incident par le nombre de déploiements.

    A titre indicatif, une valeur moyenne se situe entre 16 et 30%.

  4. MTTR (Mean Time To Recovery)

    Il s’agit du temps moyen nécessaire pour réparer un problème et remettre le système dans un état stable.

    A titre indicatif, une valeur moyenne se situe à moins d’un jour.

Une Cinquième Métrique : La Fiabilité

aSouvent oubliée, cette métrique est plus orientée DevOps/SRE et se base sur des objectifs opérationnels/contractuels (SLA). Elle mesure la capacité à atteindre ou dépasser ces objectifs, fournissant une perspective supplémentaire sur la performance opérationnelle.

Comment mettre en place ces métriques ?

Il existe plusieurs approches pour mettre en places ces métriques. La plus simple reste de s’appuyer sur un outil qui les intègre déjà, comme LinearB.

Source: LinearB https://linearb.helpdocs.io/article/7ck7fu67am-metrics-dashboards-dora-metrics

Qu’importe le flacon l’outil, pourvu que vous commenciez à mesurer.

Et si cela ne marche pas dans mon cas  ?

“Oui mais moi ma feature est complexe, il me faut plusieurs semaines pour terminer, je vais biaiser la moyenne gneu gneu gneu …”

  • Découpe ta feature et utilise des feature flags pour délivrer de façon incrémentale.

"Oui mais c’est long de tout tester à chaque fois gneu gneu gneu …"

  • Sois flemmard et écris des tests pour automatiser ton job.

TL;DR

Les métriques DORA sont des indicateurs de la production de valeur produit/business.

Elles sont applicables aux DevOps comme aux développeurs et intéressent toute la software team. Pour être pertinentes, les développeurs doivent être acteurs du pilotage de ces métriques car aucun manager ne pourra les forcer à cela.

Une observation macro est que les DORA poussent naturellement à réduire les incréments de code. En effet, en envoyant moins de code à chaque déploiement, on mitige le risque et les déploiements sont naturellement plus rapide.

Notons aussi que les DORA ne se suffisent pas à elle même, elles appellent à d’autre bonnes pratiques que sont le respect du manifeste agile https://agilemanifesto.org/, l’ajout de tests ou encore les principes LEAN de Toyota.

Enfin, avis aux néophytes avides de tableau Excel, si les DORA permettent de quantifier un problème, une lame de fond, elles ne le qualifie pas pour autant. Le sujet central reste un sujet humain, on parle d’équipes d’homme et de femme qui ont leur code, leur cohésion, leur problématique propre. Piloter uniquement les DORA pour présenter un Excel “tout au vert” serait naïf et pourrait compromettre l’équipe ciblée.

Et Yield Studio là dedans ?

Selon la classification mentionnée en annexe Yield Studio se situe en “high performer” et s’améliore en continu pour atteindre prochainement le grade “elite”. Et vous, vous vous situez où dans ce tableau ? Aujourd'hui les DORA Metrics nous permettent de garantir une réelle qualité auprès de nos clients dans les projets qu'ils nous confient.

Source

Valeurs indicatives pour chaque DORA metric

Source: Google Cloud https://cloud.google.com/blog/products/devops-sre/using-the-four-keys-to-measure-your-devops-performance?hl=en

Test Driven Development (TDD) : Guide pour un Développement Efficace
21/9/2023

L'origine


Le Test-Driven Development plus communément appelé TDD n'a pas été inventé par une seule personne mais par plusieurs développeurs. Kent Beck est souvent la personne la plus affiliée au TDD parce qu'il est celui qui l'a popularisé lors de ses travaux sur la méthodologie Extreme Programming à la fin des années 90. Néanmoins il est important de rappeler qu'il n'est pas le créateur de l'outil qu'est le TDD, il a été mis en place pour tout un tas de personne, dont notamment Martin Fowler (co-auteur du Manifeste Agile) ou encore Ward Cunningham et Ron Jeffries qui ont fondé l'Extreme Programming avec Kent Beck.


Un outil de travail


L'outil


Le TDD est un outil de travail qui permet au développeur de coder en étant guidé par les tests. Il permet d'avancer étape par étape, petit pas par petit pas, pour avancer vers une solution toujours plus fiable.


Cette solution plus fiable est notamment due à sa forte proximité avec les principes SOLID. En effet, le TDD facilite la mise en place des principes SOLID. En écrivant d'abord des tests, il est plus naturel de concevoir un code simple et cohérent qui respecte les principes tels que l'encapsulation, le découplage, la gestion des dépendances et la séparation des responsabilités. On se retrouve plus naturellement avec des modules indépendants et l'injection de dépendances, ce qui conduit à du code plus propre.


Le TDD et les principes SOLID vont donc de pair pour une conception logicielle de qualité.



  1. Nous avons une première phase (rouge sur le schéma) où nous devons écrire un test qui échoue, basé sur une spécification. NB : on n'écrit pas de code de production (code final) tant que le test n'est pas en échec.
  2. La deuxième phase (verte sur le schéma) consiste à faire passer le test en succès en écrivant du code de production et tout en restant le plus simple possible. NB : on écrit uniquement le code nécessaire pour faire passer le test et sans retourner dans le code du test.
  3. La dernière phase (bleue sur le schéma) concerne le refactoring. On met à jour le code en appliquant les bonnes pratiques, le clean code, etc. Une fois que le refactoring est fait, si les tests passent toujours, on conserve le refactor et on passe aux prochaines spécifications, sinon, on annule le refactor et on essaye autre chose. NB : ne doit jamais effectuer de refactoring dans les autres phases, seulement ici.


L'approche TDD est un développement itératif et incremental qui met l'accent sur la qualité du code.


Le manifeste


Le TDD respecte certains principes qui sont :


  • Baby steps instead of large-scale changes

On avance petit pas par petit pas pour avoir une boucle de feedback rapide et régulière.


  • Continuous refactoring instead of late quality improvements

On améliore le code en continue, on s'en occupe tout de suite parce qu'un refactor annoncé pour plus tard n'arrive finalement en général jamais.


  • Evolutionary design instead of big design up front

On développe ce qui est nécessaire et suffisant et on évolue progressivement.


  • Executable documentation instead of static documents

Les tests mis en place pendant le TDD sont en réalité une documentation executable. L'idée est de lier la documentation avec le code pour s'assurer qu'elle est bien à jour et maintenue.


  • Minimalist code instead of gold-plated solution

Un code simple et qui fonctionne plutôt qu'une solution surdimensionnées avec un niveau de complexité bien trop élevé et pas nécessaire.




Le test propre

Given When Then


L'approche Given When Then est basée sur une convention développée dans le cadre du Behaviour-Driven Development autrement appelé BDD. Il s'agit d'une approche de développement axée sur la collaboration et la spécification du comportement à travers ds scénarios clairs et compréhensibles.


En utilisant cette convention on divise le test en trois parties :

  1. Given, la condition préalable au test
  2. When, l'exécution du système testé
  3. Then, le comportement attendu


Exemple : Given user is not logged in When user logs in Then user is logged in successfully


Should When


L'approche Should When est une convention de nommage facile à lire et plus largement utilisée.


En utilisant cette convention on divise le test en deux parties :

  1. When, la condition préalable au test
  2. Should, le comportement attendu


Exemple : Should have user logged in When user logs in


Arrange Act Assert


Le modèle Arrange Act Assert autrement appelé AAA est un pattern descriptif et révélateur des intentions pour structurer le test.


Le test est alors organisé de la manière suivante :

  1. La partie Arrange contient la logique de configuration du test. C'est ici qu'on initialise le test.
  2. La partie Act execute le système que l'on souhaite tester. C'est ici qu'on fait l'appel d'une fonction, d'un composant, d'un call API, etc.
  3. La partie Assert, vérifie que le système testé se comporte comme prévu. C'est ici qu'on vérifie que le résultat obtenu correspond au résultat attendu.


Exemple :




F.I.R.S.T.


Le principe F.I.R.S.T. est un ensemble de principes qui définissent les caractéristiques d'un test propre et de qualité.


Ces caractéristiques sont les suivantes :

  • Fast, un test doit être rapide et efficace de manière à pouvoir être exécuté fréquemment pour avoir un feedback régulier
  • Independent, les tests doivent être indépendants les uns des autres afin d'être exécutable individuellement et efficacement
  • Repeatable, un test doit être répétable dans n'importe quel environnement et à tout moment
  • Self-Validating, les tests doivent retourner un succès ou un échec afin de vérifier lui même si l'exécution du test a réussi ou échoué sans évaluation manuelle
  • Timely, les tests doivent être écrit avant ou en même temps que le code de production. ils doivent être maintenus et exécutés régulièrement


Quand l'utiliser ?


Quand ne pas l'utiliser plutôt !


Il n'est pas nécessaire et pas utile de faire du TDD quand on a pas de spécifications, quand les tests n'apportent rien, quand les tests sont trop lents, quand il n'y a pas de logique.


La démo


L'incontournable Fizz Buzz


Le Fizz Buzz est un exercice populaire qui permet d'appréhender la méthode TDD. Ce n'est qu'un échantillon et qu'un début de la méthode, mais ça reste intéressant.


Les spécifications sont les suivantes :

  • On commence à compter à partir de 1 jusqu'à 100
  • Lorsqu'on rencontre un nombre divisible par 3, on retourne "Fizz"
  • Lorsqu'on rencontre un nombre divisible par 5, on retourne "Buzz"
  • Lorsqu'on rencontre un nombre divisible par 3 et par 5, on retourne "Fizz-Buzz"


Nous allons utiliser le TypeScript pour mettre en place cet algorithme et le tester.


Première spécification


On créé un fichier test fizz-buzz.test.ts et on créé notre premier test qui va gérer la spécification où on teste le nombre 1.





Ici, le test ne passe pas parce qu'on a pas encore créé la fonction fizzBuzz() et encore moins l'algorithme associé. Nous sommes donc à la première phase du TDD, la phase rouge, celle où on écrit un test qui échoue.


On va maintenant passer à la deuxième phase du TDD, celle où on va faire passer le test au vert. Pour cela, on va créer le fichier fizz-buzz.ts et écrire le code permettant de gérer notre cas de spécification.




Ici, on pourrait avoir tendance à faire un return String(n) directement, mais TDD nous dit de commence par écrire le code le plus simple possible pour faire passer le test au vert, et en réalité le plus simple et rapide et de tout simplement retourner 1 directement.


On va passer au prochain test qui est de tester l'input 2.



Le test échoue parce qu'on a pas encore géré ce cas dans notre fonction. On retourne donc dans notre fonction et on essaye de résoudre ce cas de la manière la plus simple et rapide.




Ici, encore une fois, le plus rapide est de retourner 2 si on a 2 en input.


Maintenant on arrive à la troisième et dernière phase du TDD, celle du refactor. En effet, actuellement nos tests passent avec succès, le code est simple, mais il pourrait l'être encore plus en appliquant de bonnes pratiques.


On va donc revenir sur notre fonction fizzBuzz() sans modifier les tests.




Notre fonction est maintenant simple, propre et concise et les tests sont toujours verts. Notre refactor est donc réussit, on peut passer à la prochaine spécification.


Deuxième spécification


Nous devons maintenant faire en sorte de retourner Fizz si l'input est divisible par 3.



Le test échoue, on va maintenant gérer le cas du Fizz dans la fonction.




Le code le plus simple pour retourner  Fizz quand on a 3 et de tester si n === 3.


On va maintenant gérer un deuxième cas où on a un nombre divisible par 3.




Le test échoue, on met à jour le code.




Le code le plus simple pour retourner Fizzquand on a 3 ou 6 et de faire un ||, mais on se rend bien compte qu'on peut améliorer le code en utilisant le modulo de 3. Les tests sont tous verts, donc on peut se permettre de passer à la phase de refactor en modifiant uniquement le code de la production.



Refactor terminé, tous les tests sont verts, on peut passer à la prochaine spécification.


Troisième spécification


Nous devons maintenant faire en sorte de retourner Buzz si l'input est divisible par 5.


On va aller un peu plus vite, mais le procédé est le même, on va d'abord faire un test avec un input 5 puis 10, puis refactor.




Dernière spécification


Nous devons maintenant faire en sorte de retourner Fizz-Buzz si l'input est divisible par 3 et par 5.


Comme pour les spécifications précédentes, on va faire un test avec un input 15 puis 30 et enfin refactor.


Et voilà !


Le mot de la fin


Stop aux amalgames ! Le TDD n'est pas un outil pour avoir une bonne couverture de code avec les tests, ce n'est pas simplement "faire des tests". Le TDD est un outil dont le but est de guider le développeur vers un objectif. Il permet de donner un feedback régulier afin de s'assurer qu'on est toujours sur la bonne voie. Il faut le voir comme un GPS, qui nous donne des directions à suivre (tourner à droite, aller tout droit pendant 2km, etc.) jusqu'à atteindre un objectif.


Les dédicaces


Développement d’une application Android avec React Native
3/11/2023

Il y a quelques années maintenant, le développement d'applications mobiles a connu une révolution. Chez Yield Studio, nous l'avons adoptée avec passion. Vous avez forcément déjà entendu parler des systèmes d’exploitation mobile Android et d'iOS ? Pour nous, concevoir une application pour l'un ou l'autre, revient à la même charge de travail.

En effet, grâce à la technologie React Native, nous sommes capables de développer simultanément pour ces deux géants du mobile. Plongez dans notre guide ultime du développement d’application Android.

Que vous soyez novice ou expert, découvrez comment transformer une simple idée en une application concrète. C'est parti !

📗 Comprendre les bases du développement Android

Android, ce n'est pas seulement un petit robot vert que vous voyez sur votre smartphone. En réalité, il s’agit d’un puissant système d'exploitation, utilisé par des milliards d’appareils mobiles à travers le monde. Avant de plonger dans la création d'une application, quelques notions clés s'imposent.

Premièrement, parlons "langage". Pour développer sur Android, on utilise principalement Kotlin, bien que d'autres langages de programmation comme le Java puissent également être adoptés. Kotlin est donc la pierre angulaire de bon nombre d'applications que vous utilisez quotidiennement si vous disposez d’un smartphone ou d’une tablette fonctionnant sous Android.

Voyons un exemple de code source Kotlin des plus basiques :

Dans cet exemple de code source Kotlin, nous utilisons un élément TextView pour afficher le texte « Bienvenue sur notre application Android ! ».

Ensuite, il y a l’environnement de développement, Android Studio. C'est le logiciel officiel, mis à disposition par Google, pour concevoir des applications mobiles Android. Doté d'une panoplie d'outils, il facilite la vie des développeurs, des plus novices aux plus chevronnés.

Voici une capture d’écran de l’environnement de développement Android Studio avec du code source Kotlin rédigé sur la droite de l’écran :

Mais chez Yield Studio, nous avons une large préférence pour React Native. Open source et ultra performant, il nous permet de concevoir des applications à la fois pour Android et iOS avec une seule et même base de code source JavaScript. Une véritable révolution qui simplifie le processus tout en garantissant une expérience utilisateur optimale.

Grossièrement, ce code source React Native emploie un composant Text au sein d'un élément View, avec un style appliqué pour le positionnement et la mise en forme du texte.

En résumé, le développement Android, c'est un mélange entre un langage de programmation, des outils adaptés et, dans notre cas, une touche de magie avec React Native.

Curieux d'en savoir plus ? Alors, continuons l'aventure ensemble !

👨‍💻 La technologie multiplateforme React Native

Lorsque l’on parle de développement d'applications mobiles, une question majeure revient souvent :

« Comment concevoir pour Android et iOS sans doubler le travail ? ».

Notre réponse : React Native !

Conçue par Méta (anciennement Facebook), React Native est une technologie open source qui a révolutionné la façon dont les développeurs conçoivent des applications mobiles. Avec ce Framework, nous n’avons plus besoin de créer deux applications distinctes pour les appareils fonctionnant sous Android et ceux utilisant iOS. Il suffit d’écrire un même code source JavaScript pour que React Native se charge de le transposer simultanément pour les deux systèmes d'exploitation.

Magique, n'est-ce pas ?

Chez Yield Studio, nous avons adopté cette technologie pour une raison simple : elle optimise notre efficacité ! Grâce à React Native, développer une application Android ou iOS représente exactement la même charge de travail pour nous. Quelques différences demeurent, bien sûr, mais elles sont mineures comparées à l'avantage principal : un gain de temps considérable.

Mais ce n'est pas tout ! React Native offre également des interfaces utilisateur fluides, adaptées à chaque plateforme. Les utilisateurs bénéficient ainsi d'une expérience homogène, que ce soit sur Android ou sur iOS.

En choisissant React Native, on fait le choix d'un développement plus rapide, plus cohérent et tout aussi performant. Chez Yield Studio, c'est cette technologie innovante qui nous guide au quotidien, nous permettant de délivrer des applications de haute qualité sur tous les fronts.

💡 Les étapes clés pour créer une application Android

Dès l'instant où l'on décide de se lancer dans le développement d'une application Android, un parcours structuré s'impose. Voici un guide étape par étape pour naviguer dans ce processus avec confiance :

  1. Définir le concept : Avant toute chose, clarifiez votre idée. Quelle est la valeur ajoutée de votre application ? À quel besoin répond-elle ?

  1. Conception de l'interface utilisateur : Une application réussie est intuitive. Travaillez sur un design ergonomique, adapté aux spécificités des appareils Android.

  1. Choisir le bon langage de programmation : Si nous privilégions React Native et donc JavaScript, chez Yield Studio, d'autres options existent. Kotlin et Java sont les langages utilisés pour développer de manière native sous Android.

  1. Utiliser Android Studio : Cet outil de développement, mis à jour régulièrement, est essentiel. Il intègre le SDK (pour Software Development Kit) Android offrant ainsi tout ce dont un développeur Android a besoin.

  1. Tests et améliorations : Une fois votre application développée, la phase de test est cruciale. Elle vous permet de détecter d'éventuels bugs et d'optimiser l'expérience utilisateur.

  1. Mise à jour constante : Le monde des applications évolue vite. Assurez-vous de mettre régulièrement à jour votre application pour répondre aux besoins changeants des utilisateurs et aux mises à jour du système d'exploitation.

  1. Lancement et promotion : Une fois que tout est en place, lancez votre application sur le Google Play Store. Ne négligez pas sa promotion pour garantir sa visibilité et son succès.

Créer une application Android est un voyage passionnant, parsemé de défis. Mais avec une méthodologie claire et les bons outils, comme ceux que nous utilisons chez Yield Studio, votre idée peut rapidement devenir une réalité prisée par des milliers d'utilisateurs.

📝 Publication et mise à jour

Entrer dans le monde des applications Android ne se termine pas simplement avec le développement de votre application. Deux étapes cruciales restent à franchir pour assurer sa pérennité : la publication et les mises à jour. Voici un aperçu de ce que cela implique :

  1. Avant de soumettre votre application Android sur le Google Play Store, vérifiez sa conformité aux directives de la plateforme. Veillez à préparer tous les éléments visuels et descriptifs nécessaires pour présenter votre application sous son meilleur jour.

  1. Une fois prête, soumettez l’application sur le store pour revue. Après validation, elle sera accessible à des millions d'utilisateurs. C'est le moment clé pour voir votre travail récompensé.

  1. Les avis des utilisateurs sont essentiels. Ils vous fourniront des informations précieuses pour améliorer votre application au fur et à mesure de son existence.

  1. En fonction des retours et avis des utilisateurs et des évolutions technologiques futures, planifiez des mises à jour régulières. Cela garantira la satisfaction des utilisateurs et la compatibilité avec les dernières versions d'Android.

  1. Le monde d'Android évolue sans cesse. Intégrez de nouvelles fonctionnalités et tendances pour que votre application reste au goût du jour.

  1. Comme tout produit, une application nécessite des réajustements. Analysez régulièrement les performances de votre application et effectuez les modifications qui s’imposent.

Chez Yield Studio, nous sommes conscients de l'importance de chaque étape. C'est pourquoi nous accompagnons nos clients bien au-delà du simple développement. La publication et la mise à jour sont des phases essentielles pour que votre application Android reste pertinente et appréciée de sa communauté.

Le développement d'applications Android a grandement évolué ces dernières années, poussé par des innovations et des technologies comme React Native ou Flutter. Si vous envisagez de développer une application Android, il est essentiel de comprendre les bases, mais aussi d'embrasser les nouvelles tendances qui façonnent l'avenir de la conception d’applications mobiles.

Chez Yield Studio, grâce à notre expertise en React Native, nous sommes prêts à transformer votre idée en une application fluide, performante et adaptée à la fois pour Android et iOS. En se tournant vers le futur tout en maîtrisant les fondamentaux du développement Android, nous vous assurons une présence mobile solide et durable. 

🚀 Alors, prêt à créer la prochaine application révolutionnaire ? Nous sommes là pour vous accompagner.

Échangeons
sur votre projet !

Nous contacter

Simulateur

Bienvenue dans le
simulateur d’estimation

Sélectionnez
vos besoins

Sélectionnez un ou plusieurs choix

Définissez les
fonctionnalités

Sélectionnez un ou plusieurs choix

Dernière
étape !

Renseignez votre adresse mail pour recevoir l’estimation !
Obtenez l’estimation
Précédent
Suivant

Bravo ! Vous avez terminé
l’estimation de votre future app !

Vous recevrez dans votre boite mail l’estimation personnalisé. Une estimation vous offre la possibilité de vous projeter dans un budget, vous permettant ainsi de planifier en toute confiance. Néanmoins, chez Yield, nous adoptons une approche agile, prêts à remettre en question et ajuster nos évaluations en fonction de l'évolution de vos besoins et des spécificités de votre projet.
Retour au site
Oops! Something went wrong while submitting the form.